S'enregistrer


Votre mot de passe vous sera envoyé.

Environ 63% des femmes disent prioriser rarement un temps de repos, elles le font moins que les hommes et 91% de la génération d’aujourd’hui ne considèrent même pas la détente et la relaxation comme une option.

L’ennui c’est que quand on est constamment sur « on » et que cela devient normal, les activités de plaisir, de détente et de relaxation deviennent anormales et même inconfortables pour le corps et l’esprit. Selon le Dr Melissa McCreery, cela a un prix, la santé.

L’hyperactivité grandissante

Cette nouvelle tendance à ne plus se reposer et prendre du temps pour soi vient du changement d’ambitions. Il y a environ 15 ans, 25% des femmes considéraient une carrière qui paie bien comme très importante, aujourd’hui, ce pourcentage est de 42%. Mais ce n’est pas toujours à cause de l’argent, c’est plus tôt TOUT avoir, et chaque moment de détente et de relaxation est un temps perdu pour aller de l’avant.

Ajoutez un marché de l’emploi instable et le tour est joué ! Les femmes se battent pour être compétitives, elles travaillent 2 fois plus pour apprendre le plus qu’elles peuvent aussi vite qu’elles le peuvent. Cette attitude efface les limites entre la vie personnelle et professionnelle et met en péril l’équilibre travail-famille. 50% des femmes se sentent coupables de prendre du temps pour se détendre.

Pour ajouter à tout cela, les femmes sont rarement déconnectées. 83% des jeunes adultes dorment avec le téléphone cellulaire et 30% des femmes considèrent que le téléphone est le guide de leur vie. Avant les médias sociaux, vous pouviez seulement vous comparer à ceux autour de vous. Maintenant vous avez le monde entier à qui vous comparer ce qui vous fait constamment sentir que vous devez faire plus.

Être constamment fatigué est une façon très commune d’éviter de prendre des décisions difficiles dans la vie. Selon la psychologue Kimberly Moffit, les femmes évitent de se détendre car inconsciemment elles craignent de se retrouver face à face avec ce qui les stress. Mais cette façon de faire, cette évasion émotionnelle crée une accumulation de tensions mentales et un état de non relaxation constant.

Un bouton « off » qui ne marche pas

L’hyperactivité, active à un très haut dégrée le mécanisme de fuir ou se battre. Ce mécanisme est nécessaire sur une petite échelle car il peut vous motiver de faire votre travail mais si vous ne prenez jamais le temps de relaxer, vous perdez votre capacité à vous détendre. Le corps ne revient jamais à un état de calme car il a été reprogrammé pour être tout le temps sur le qui-vive.

Cela veut dire que les glandes surrénales fonctionnent 24h/24h et pompent le cortisol, l’hormone du stress à de très hauts niveaux ce qui peut mener à des maladies comme l’indigestion et même bien plus grave. Le corps devient dépendant de cette production de cortisol et petit à petit on arrive au burn out, à la dépression etc.

Selon Amanda Skowron, en étant exposées à autant de stress, les femmes deviennent plus vulnérables aux comportements destructeurs comme la consommation d’alcool et de drogues. Certaines se tournent vers ces comportements destructifs uniquement parce qu’elles ne savent pas comment se détendre.

Se réapproprier le calme

Comment pouvez-vous déterminer que votre comportement est devenu excessif ? Tout d’abord si vous vous retrouvez dans un moment de calme où vous n’avez rien à faire, comme quelqu’un qui a annulé un diner, prenez ce temps pour ne rien faire, c’est déjà un bon début. Aussi, la plupart des femmes remplissent leurs journées de repos avec des taches qui ne sont pas urgentes, essayez d’être consciente de ce que vous faites chaque minute de votre journée et ne plus être sur mode autopilote, surtout en vacances ou pendant vos journées de repos.

La bonne nouvelle est que tout le monde peut se détendre. Pensez à la détente comme si c’était un muscle que vous renforcez un peu plus chaque jour. Ce ne sera peut-être pas bon au début, ce sera peut-être même inconfortable et désagréable mais petit-à-petit vous y arriverez, ne lâchez surtout pas !

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire