S'enregistrer


Votre mot de passe vous sera envoyé.

Par : Ghizlaine Chraibi

L’utilisation de l’art dans le cadre thérapeutique n’est pas un concept nouveau. La Grèce antique, comme la plupart des cultures traditionnelles, considérait que les arts avaient un effet cathartique et thérapeutique. L’art-thérapie s’intéresse à la construction de l’art, à ce qui se passe pendant la construction, car dans le concept d’art-thérapie, l’esthétisme n’est pas ce qui est recherché. L’art est utilisé comme médiation relationnelle et thérapeutique dans différents cadres d’application et au travers de diverses disciplines artistiques. Elle est l’expression de soi et permet au patient d’extérioriser ce qu’il ressent. Il s’agit d’un langage non-verbal. Ces méthodes thérapeutiques à médiation créatrice comprennent, entre autres, la musicothérapie, l’art thérapie par les arts plastiques, le bac à sable, la sculpture, le théâtre aussi, l’écriture, la voix, le chant et par la danse et le mouvement. Les thérapies par l’art peuvent être utilisées comme thérapies primaires ou auxiliaires.

Voici quelques-unes des méthodes les plus pratiquées au Maroc

L’Eveil par la Créativité Consciente (ECC)
Créée par Salima Raoui, la méthode ECC met en évidence la dimension thérapeutique de l’art. Elle utilise la création artistique pour exprimer ses ressentis, avancer dans la connaissance de soi et surmonter ses conflits personnels. Elle révèle ce que parfois la parole seule n’arrive pas à dire et propose une alternative à la souffrance physique ou psychique, ce qui amène la personne à trouver ses propres solutions et les voies réparatrices de ses souffrances.

La méthode ECC n’est pas de l’art-thérapie traditionnelle, elle n’est pas non plus de la psychothérapie, ni de la psychologie. Elle englobe une approche artistique, intuitive, humaniste et spirituelle, de l’ordre des nouvelles formes thérapeutiques en relation d’aide et développement personnel. Sa philosophie rejoint la thérapie transpersonnelle qui inclut et tient compte de la dimension spirituelle de l’être comme facteur de guérison incontournable.

La méthode ECC englobe un travail sur la purification et l’activation des Chakras (7 points énergétiques dont dispose notre corps), l’intégration sur le journal de croissance à travers la peinture, le collage ainsi que la conscientisation via l’écriture intuitive. L’approche ECC a pour objectif: Initier le dialogue intérieur pour une meilleure connaissance de soi et communication avec l’autre. Raconter son histoire sur son journal artistique et écrire ses ressentis pour mieux accéder au langage subtil des symboles et images de la conscience profonde.

Apprendre à développer sa confiance en soi en découvrant ses propres techniques et son expression individuelle tout en explorant librement, par le collage, la peinture spontanée et la recherche de textures. Se libérer du censeur intérieur et du jugement du mental.

Découvrir ses couleurs et textures du moment présent. Partager en groupe pour développer son écoute, apprendre à se dire en toute authenticité et toucher à son humanité en se retrouvant en l’autre Toutes les informations sur l’approche ECC sont disponibles sur le blog de la Fondatrice Salima Raoui www.etrecreerdevenir.over-blog.com

La Musicothérapie
La musicothérapie est une pratique de soin, de rééducation ou de relation d’aide, utilisant le son et la musique sous toutes leurs formes, comme moyen d’expression, de communication, de structuration et d’analyse. Cette pratique consiste à prendre en charge des personnes présentant des difficultés de communication et/ou de relation, et plus précisément pour des patients souffrant de troubles psychoaffectifs, difficultés sociales ou comportementales, troubles sensoriels, physiques ou neurologiques, tels que l’autisme, la psychose chronique, les troubles de l’identité et de la personnalité, les états dépressifs aigus et chroniques, les névroses phobiques ou obsessionnelles, les troubles anxieux permanents, les troubles addictifs, anorexie, dépendances alcooliques ou toxicomanie, la maladie d’Alzheimer, les déficits sensoriels (comme la surdité), les problèmes psychomoteurs et troubles du langage, etc…

La musicothérapie s’appuie sur les liens étroits entre les éléments constitutifs de la musique, et l’histoire du sujet. Elle utilise la médiation sonore et/ou musicale afin d’ouvrir ou restaurer la communication et l’expression au sein de la relation dans le registre verbal et/ou non verbal.

 » C’est le patient qui est au centre, l’acteur principal, le sujet de sa thérapie. Et l’utilisation de la musique sera un moyen pour lui, et dans la relation thérapeutique qu’il établit avec le thérapeute, de s’ouvrir à une plus grande expressivité, ou à une meilleure communication avec son entourage, de développer ses potentialités créatrices, d’analyser, au travers de ses liens intimes avec la musique (ce que le musicothérapeute appelle le « vécu sonore et musical ») son propre rapport à lui-même, au corps, aux affects, au langage, aux autres, au monde. Ainsi, lorsque le musicothérapeute propose à son patient d’écouter un extrait de musique, d’exprimer ce qu’il ressent, ou encore d’utiliser un instrument de musique, ou sa voix, etc., il ne se pose pas tant la question de savoir « ce que la musique lui fait », mais plutôt « ce que le patient fait de la musique qui lui est donné à entendre, ou à produire ».

Il s’agit donc de proposer à un patient, ou un groupe de patients, dans un cadre thérapeutique (spécifiquement construit et défini en tant qu’espace de soin) une EXPERIENCE MUSICALE au travers de laquelle, et avec l’aide du thérapeute, il pourra élaborer, à son rythme, une manière de transformer son rapport à lui-même, aux autres et au monde. C’est en cela que la musicothérapie est une forme d’artthérapie, c’est en cela qu’elle rejoint aussi les autres formes de thérapies d’inspiration psychanalytique.

Il s’agit de donner au patient les moyens de devenir « sujet de ce qui lui arrive », sujet de sa parole, sujet de son ressenti, sujet de son histoire, sujet de son corps, sujet de sa pensée, acteur et responsable de sa vie, de ses choix, de ses goûts et de ses préférences, créateur de sa vie en devenir.

La Danse-Thérapie
Depuis toujours, la danse fait partie des rituels de guérison et de célébration des cultures traditionnelles. En dansethérapie, le corps devient l’instrument à partir duquel on apprend à être bien dans sa peau, à sortir de sa tête, à retrouver l’énergie de l’enfant. Cette technique dynamique vise la prise de conscience de soi et la libération de tensions et de blocages inscrits dans la mémoire du corps.

Sur le plan physique, elle améliore la circulation, la coordination et le tonus musculaire. Sur le plan mental et émotif, elle renforce l’affirmation de soi, ravive les capacités intellectuelles et la créativité, et permet de rencontrer des émotions parfois difficiles à exprimer verbalement : colère, frustration, sentiment d’isolement, etc. Une séance de danse-thérapie se déroule individuellement ou en groupe, dans un lieu qui ressemble plutôt à un studio de danse qu’à un cabinet de thérapeute. À la première rencontre, le thérapeute cherche à définir les motifs et les objectifs de la démarche, puis il enchaîne avec la danse et le mouvement.

Les mouvements peuvent être improvisés ou non et varient selon le style du thérapeute. La musique n’est pas toujours présente; en groupe, elle peut être un élément rassembleur, mais le silence favorise la recherche du rythme en soi. Pour créer un climat de confiance et de complicité et favoriser ainsi la prise de conscience de son corps et de l’environnement, certains thérapeutes utilisent divers objets, parfois insolites, comme un ballon d’un mètre de diamètre! La danse-thérapie permet de redécouvrir son anatomie et fait remonter une foule de sensations, de sentiments et de pensées.

À la fin de la séance, on fait un partage des découvertes et des sensations ressenties pendant le travail corporel. Ces échanges peuvent mener à des prises de conscience et orienter les prochaines étapes de la démarche. La danse-thérapie convient aux gens de tous âges et de toutes conditions. Cette pratique est utile pour développer l’estime de soi et favoriser son image, atténuer le stress, les peurs, l’anxiété, les tensions physiques et la douleur chronique. Elle peut soulager les personnes souffrant de fibromyalgie, par exemple, tout comme accompagner un protocole classique pour soigner une dépression.

De plus, des expérimentations concluantes ont prouvé que la danse-thérapie soulageait les patients atteints de schizophrénie et Parkinson en diminuant les symptômes et la récurrence de leur maladie. En groupe, la danse-thérapie favoriserait la réinsertion sociale, la prise de conscience de soi et de son espace et la création de liens affectifs. Elle procurerait également un sentiment de bienêtre né du plaisir d’être en groupe.

Le jeu de Sable
Durant les années cinquante, Dora M. Kalff (1904 – 1990) a développé la méthode de la Thérapie par le Jeu de Sable. Après sa formation à l’Institut Jung à Zurich, D. M. Kalff avait fait connaissance avec la pédiatre et psychanalyste anglaise Margaret Lowenfeld et sa méthode thérapeutique de la « World Technique ».

Cette approche non verbale des processus psychiques utilise comme matériel d’expression deux bacs à sable (sable sec et sable mouillé) ainsi qu’une grande quantité de figurines. D. M. Kalff constatait qu’une création dans le sable n’avait pas seulement une valeur diagnostique mais également qu’une série d’images dans le sable était le reflet d’un processus symbolique correspondant au processus d’individuation décrit par C. G. Jung.

Par la suite, l’intérêt de D. M. Kalff pour les philosophies orientales (bouddhisme, taoïsme) influença sa conception de la Thérapie par le Jeu de Sable. La Thérapie par le Jeu de Sable est une méthode correspondant aux approches des psychologies des profondeurs. Dans « l’espace libre et protégé » de la relation thérapeutique et du bac à sable, la création symbolique mène à l’élaboration d’une image composée de sable, d’eau et de figurines. La création libre permet de donner forme à des processus psychiques profonds et ainsi de les rendre visibles. Une série d’images représente une confrontation concrète et continue entre le conscient et l’inconscient de la personne.

Ceci mobilise un processus global visant le développement et la guérison de la personnalité. La fonction du thérapeute est de contenir et d’accompagner ce processus par sa protection et sa compréhension. Domaines d’application : La Thérapie par le Jeu de Sable s’adresse à une clientèle de tout âge. Par son caractère non verbal, elle permet d’accéder à des couches profondes du psychisme. Ainsi, elle favorise l’expression et la compréhension des troubles et des traumatismes vécus au stade préverbal de l’enfance. La Thérapie par le Jeu de Sable est particulièrement indiquée pour permettre une expression imagée à des personnes ayant des capacités d’expression verbale réduites. Ainsi, à travers la création de différentes scènes, le vécu personnel devient compréhensible.

Ceci est une condition primordiale pour le déroulement d’un processus de développement psychique. On assiste à un double mouvement : d’une part à une confrontation avec des contenus difficiles mais aussi, d’autre part, à la découverte de forces et de ressources personnelles. La méthode de la Thérapie par le Jeu de Sable s’utilise dans le cadre de différentes thérapies, en psychothérapie et comme méthode de développement personnel. Elle peut s’intégrer dans la psychothérapie avec des enfants, des adolescents ainsi qu’avec des adultes. Elle s’applique entre autres dans le cadre des séances de logopédie, de psychomotricité, de thérapie des troubles d’apprentissage et dans le traitement des traumatismes.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire